HOPEHOUSE

THAÏLANDE

Ce que nous faisons en Thaïlande

Une chance pour des jeunes thaïs

Selon les résultats des tests PISA des systèmes scolaires nationaux, la Thaïlande se place en fin de liste des pays participant. De plus, toutes les familles n’ont pas les moyens de couvrir les frais occasionnés par la scolarité et, par conséquent, n’envoient pas leurs enfants à l’école et encore moins à l’université. Un départ scolaire manqué entraîne souvent une vie de tâcheron ou pire, dans la prostitution au Sud de la Thaïlande. Entre 2006 et aujourd'hui, la Fondation a soutenu plus de 1.000 jeunes pendant les trois ans de leur scolarité secondaire en assumant les frais pour le transport, la nourriture, l’uniforme obligatoire, le matériel scolaire, les cours spéciaux et les activités sportives. Les dons sont reversés à nos collaborateurs sur place qui sont en contact étroit et constant avec les familles dans le besoin, car la situation financière peut changer rapidement, ce qu'on a vu à l'extrême pendant le Covid.
 

Bourses pour l’Université

Les bourses sont accordées par la Fondation pour la promotion des jeunes talents. Chaque année, quelques étudiants reçoivent une bourse HopeHouse pour leurs quatre ou cinq années d'études à l'université. Toutefois, ce n'est pas le nombre qui compte en premier lieu, mais la qualité et les chances de réussite des étudiant·e·s. Il s'agit souvent de HPI (High Potential Individuals). Le responsable de HopeHouse, le Dr Gilles Bernard, et sa femme Lamphun, sont toujours en contact étroit avec ces jeunes. Jusqu'à présent, toutes et tous ont terminé leurs études avec mention, voire distinction, et ne sont pas seulement fières d'avoir obtenu leur bachelor en informatique, mathématiques, économie, santé environnementale, anglais. Toutes et tous ont également trouvé immédiatement un emploi bien rémunéré dans leur domaine. Une belle réussite pour nos protégés et pour la fondation ! En 2019, l'un de nos meilleurs étudiants a été sélectionné pour un master en robotique ; ceci dans une université très prestigieuse à Tokyo, souvent comparée au MIT à Boston. Cette année, une architecte diplômée a émigré au Japon et un jeune homme a trouvé un poste de cadre dans un Groupe international a Bangkok.

Faciliter le démarrage de la vie professionnelle - des cours intensifs d'anglais

Une fois l’école secondaire terminée, les perspectives professionnelles sont encore très limitées, surtout dans cette région défavorisée du Nord-Est, loin de la capitale et des centres d’affaires. Pour améliorer les chances de trouver une activité dans le secteur tourisme p.ex., ces jeunes devraient approfondir leurs connaissances d’anglais. C’est pour cette raison que la Fondation offre à un nombre limité de 25 écoliers des cours intensifs d'anglais le weekend, gérés par Dr. Gilles Bernard et son épouse, Lamphun. 

Vous trouvez plus d'info sous   "Nos Chiffres" et "Où va votre don".

 

HOPEHOUSE

LAOS

LAOS - un autre défi !

Au Laos, la situation pour les écoles est pire qu'en Thaïlande. Elles manquent de tout.
En 2016, avec un budget de CHF 10.000, nous avons sponsorisés 125 élèves du secondaire, dans une école près de Vientiane, en offrant toute la panoplie nécessaire pour l'école. En plus, nous avons équipé leur salle d'informatique avec 17 ordinateurs complets - matériels et logiciels - projecteur et ordinateur portable pour l'enseignant compris. Quelle joie! 
Quelques ordinateurs de plus ont été installés au courant de l'année 2017 pour remplacer les plus anciens modèles. 
Le projet d'un laboratoire simple de sciences, équipé à l'aide de HopeHouse, a été réalisé. Des centaines d'élèves en profiteront.
 


Et afin de consolider notre présence, nous avons décidé de sponsoriser 125 nouveaux élèves, portant ainsi notre partenariat et sponsorship dans cette même école à un total de 250 élèves, env.

Entretemps, le nombre d’enfants au Laos bénéficiant du soutien de HopeHouse est autour de 300 élèves.